Bambou: filière porteuse à prospérer dans le Boeny

De la  pépinière à la vente par tige, en passant par les produits de transformation, la filière bambou est un investissement encore peu connu et sous exploité jusqu’ici dans la région Boeny.

Parmi les quatre filières de production que le PROSPERER Boeny (Programme de soutien aux pôles de micro – entreprises rurales et aux économies régionales) a choisies de promouvoir et de soutenir dans la région,  à savoir la culture de black eyes et de maïs, la pêche artisanale, l’artisanat produit des fibres végétales et l’exploitation du bambou, cette dernière intéresse le moins les clients du Programme.

La raison en est que, dans la région, le volume du bois de bambou ne figure pas trop dans la masse des besoins des exploitants forestiers, du fait que, il ne fait guère partie de la demande des consommateurs en bois de la partie ouest du pays, d’après le constat des techniciens du PROSPERER. Ces consommateurs, trop absorbés par tout ce qui est produit des bois durs pour les mobiliers et des bois de palétuviers pour la construction d’habitat.

Ainsi, à l’issue d’un inventaire des petits exploitants de bambou, de nombre très infime, éparpillés dans la région,   le PROSPERER Boeny a organisé un atelier d’approche sur l’exploitation de cette plante, à la Chambre du commerce et de l’industrie de Mahajanga le jeudi 30 octobre 2014 pour commencer la mise en place de la filière bambou dans la région Boeny.

4Le Dr Jeanson Ratiarinaivo, Pdt de la Plateforme Bambou de BoenyPépiniéristes, planteurs, transformateurs et vendeurs de produits finis du bambou des districts de Mahajanga I et II, et d’Ambatoboeny ayant participé à l’atelier  ont ainsi créé hier la plateforme de la filière Bambou de Boeny. Notre objectif est de vulgariser la plante, de développer et de prospérer son exploitation pour en faire, d’ici deux ou trois ans, nos principales sources de revenus stables et durables. Tels sont les défis proposés par Mr Ratiarinaivo Jeanson, représentant des planteurs de bambou de Mahajanga I, élu président de cette  plateforme.
Médecin de profession et ancien sénateur de Mahajanga,  les membres de la plateforme l’a choisi comme leader grâce à ses années d’expériences en activités agro-pastorales familiales.  Et plus particulièrement, des cultures test sur les bambous de variétés locales qui sont au nombre de cinq d’après l’étude menée par ce président.